Google Home : le haut-parleur intelligent de Google

Siri, l’assistant vocal développé pour iOS (Apple) avait ouvert la voie. Pour certaines personnes -bien mal avisées-, les assistants vocaux étaient rangés au rang de gadgets constituant tout au plus une exception vis-à-vis des vrais moyens d’interaction avec le terminal. Aujourd’hui, Google annonce que 20% des requêtes sur son application mobile et sur les appareils Android sont des recherches vocales. Mieux : ce chiffre devrait dépasser les 50 % en 2020. Plus d’un jeune (13 à 18 ans) sur deux utilise la recherche vocale tous les jours.

Outre-Atlantique, Amazon Echo Dot et Google Home, avec leurs assistants vocaux (Alexa pour le premier, Google Assistant pour le second), font sensation. Au Japon, l’arrivée de Gatebox fait même froid dans le dos tellement celle-ci se place comme une AI alternative à une véritable compagne. Apple tente de rester dans la course avec son homekit et nous réservera certainement des surprises dans les temps qui viennent.

Mais c’est bien Google qui, encore une fois, risque de faire basculer un concept que l’on pouvait évaluer comme étant plus ou moins accessoire en outil incontournable. Google l’a annoncé : nous entrons dans l’âge de l’assistance. Les assistants connectés vont faire partie de notre vie et les intelligences artificielles vont être nos partenaires du quotidien.

Google Assistant apprend à vous connaître en prenant en compte votre historique, les proches avec lesquels vous êtes connectés, les lieux que vous fréquentez, vos goûts, etc.

Ce qui change surtout profondément avec Google Assistant en comparaison d’Alexa, de Siri ou de Cortana, c’est sa capacité à prendre en compte le contexte et vos requêtes précédentes pour adapter ses réponses. Ses réponses se font plus pertinentes et plus précises au fur et à mesure des échanges.

Un exemple ? Voici à quoi pourra ressembler très prochainement une recherche sur Google Home avec Google Assistant :

Utilisateur : OK Google. Je voudrais acheter des chaussures.
Google Home : Désirez-vous acheter des chaussures pour homme ou des chaussures pour femme ?
Utilisateur : pour homme.
Google Home : Où voulez-vous les voir ?
Utilisateur : Affiche-les sur la télé du salon.
Google Home : Les chaussures pour homme sont affichées sur votre TV du salon.
Utilisateur : OK Google, montre-moi seulement les noires.
Google Home : Filtre appliqué pour afficher seulement les chaussures noires pour homme. Y a-t-il un type particulier de chaussures que vous recherchez ?
Utilisateur : Des chaussures habillées, pour un mariage.
Google Home : Filtre appliqué pour afficher seulement les chaussures noires habillées pour homme. Voudriez-vous que j’ajoute la date du mariage à votre calendrier ?
Utilisateur : Oui. C’est le 20 mai.
Google Home : Mariage ajouté au calendrier le 20 mai.
Utilisateur : J’aime la paire de chaussures noires en haut à droite. Où sont-elles disponibles au meilleur prix ?
Google Home : Cette paire est disponible auprès de 13 points de vente. En prenant en compte le prix de vente des chaussures et le montant des frais de port, le meilleur prix est chez Sarenza.
Utilisateur : OK Google. Commande ces chaussures en taille 42 à faire livrer chez moi.

Cela change donc totalement le rapport de l’homme à la machine, et celui de la requête à l’offre des commerçants ! Cela renverse, encore une fois, les règles du jeu. C’est un bouleversement total dans le secteur de la recherche, de l’e-commerce et du métier de responsable ou de consultant(e) SEO.

Dans quelques années, cet usage va se répandre. C’est inévitable. Comme disait, lors de la présentation de Hummingbird, Amit Singhal, alors vice-président sénior chez Google :

«Google continuera à se réinventer pour vous donner tout ce dont vous avez besoin par une expérience simple et intuitive. À un certain moment, sortir un smartphone pour faire une recherche semblera aussi archaïque que d’utiliser un modem numéroteur.»

Comment les consultants SEO et même tout l’écosystème commercial du web vont s’adapter à cela ? Ce qui est sûr c’est que, comme Google, nous allons devoir, nous aussi, réinventer notre métier…